Lettre à France..(enfin surtout aux recruteurs et autres acteurs de l’emploi!)

Cet article n’était pas du tout prévu à la base, mais ça fait longtemps que je voulais écrire là dessus parce que ça me touche tout particulièrement depuis bientôt 4 ans et puis parce que j’en ai un peu raz le bol.

Je ne sais pas si vous êtes dans le même cas que moi, ou si vous l’avez été, mais à l’heure où je vous parle je n’ai jamais eu de job en CDI. Alors oui je sais en ce moment c’est la crise (enfin j’entend ça depuis que je suis petite mais bon..) et ces petits contrats se font de plus en plus rare, mais je peux vous assurer que c’est bien chiant de ne pas en avoir un, notamment pour démarrer dans la vie active!

Moi, quand je cherche désespérément un CDI depuis 4 ans

Je suis diplômée d’une licence tourisme et nouvelles technologies depuis 2013. Au début le tourisme était vraiment ma passion, je voulais absolument bosser dans ce milieu. Mais les stages m’ont fait comprendre que je ne m’épanouierai pas dans une agence ou autre structure touristique, tout simplement parce que je n’aimais pas le contact direct avec les clients… Enfin passons! J’ai fait cette licence car je pensais que grâce à elle j’aurai d’autres opportunités professionnelles dans un secteur différent, celui du web. Une fois mon super stage de 6 mois en tant que Community Manager (toujours dans le milieu du tourisme) terminé, et ma licence en poche avec mention, j’ai voulu continuer en master Culture et Métiers du Web, mais j’ai été refusée… Deux fois!

Les masters ne voulant pas de moi (à moins de débourser 10000€ l’année, qui je trouve, est inconcevable!), j’ai essayé de trouver un boulot dans le domaine du web, sans succès. Entre temps, j’ai trouvé mon premier boulot, un CDD de 2 mois à l’assurance maladie pour traiter des dossiers toute la journée… Aucun rapport avec mes études me direz-vous, mais c’était toujours mieux que de rester chez moi à ne rien faire. Le CDD étant terminé, je me suis inscrite au chômage (qui ne m’a servi à rien soit dit en passant) et j’ai cherché pendant 4 mois, toujours dans le web… sans aucune réponse. Et puis un jour je suis passée devant l’agence de voyage de mon coin et j’ai vu qu’ils cherchaient quelqu’un pour un CDD…indéterminé! Oui vous avez bien lu! Sachez que maintenant c’est très courant d’avoir ce genre de contrat… Toujours est-il que j’ai été embauchée et que ça a duré 8 mois, et puis l’agence a fermé (non pour me déplaire, parce que j’ai détesté bosser pour des clients exécrables ). Retour à la case chômage donc, mais cette fois j’ai pu obtenir une allocation. Je me suis également renseignée pour une formation spécialisée dans le Web (oui parce qu’apparemment si je ne trouvais pas de boulot dans ce que je voulais faire c’est parce que mon diplôme ne correspondait pas, allez savoir pourquoi!) prise en charge par le Pôle Emploi, mais au final cette formation là était trop coûteuse pour eux (on se demande vraiment à quoi ils servent).

Lorsque on me fait comprendre que ma licence ne sert à rien pour avoir le job que je veux

Après 4 mois à tourner en rond chez moi, l’assurance maladie m’a recontacté pour un CDD de 4 mois, et j’ai bien évidemment accepté. Cette fois-ci c’était beaucoup plus intéressant et on avait vraiment beaucoup de boulot ce qui faisait passer les journées encore plus vite. Mon contrat se terminant le 30 juin, j’avais gardé quelques RTT au cas où ils me prolongeraient l’été pour que je puisse partir un peu. J’ai tout de même demandé à ma supérieur si mon contrat serait renouvelé et elle m’a dit que non. J’ai donc réservé une semaine de vacances en Août sachant ça, et écoulé tous mes RTT. C’est alors qu’on m’a proposé de prolonger mon contrat pour l’été ce fameux 30 juin, et j’ai été contrainte de refuser. Commence là une période très longue sans travail et sans pouvoir prévoir quoique ce soit de peur de rater une opportunité pour bosser. Et c’est là qu’arrive mon expérience en intérim.

Depuis décembre 2015 je suis intérimaire à la Société Générale, avec quelques coupures bien sûr (mais jamais plus de 2 mois), et même si, pour certains, j’ai un poste dérisoire et aucune ambition (je suis agent de courrier c’est à dire que je tri le courrier qui arrive, et il m’arrive de l’ouvrir pour le retourner au bon service) je suis contente d’être là et d’avoir une sorte de « stabilité ». Mais malheureusement ça ne va pas durer, et ça ne peut pas durer, car j’ai bientôt 25 ans et je vis toujours chez mes parents vu que je ne peux pas faire de demande de crédit pour acheter un appart ou même payer un simple loyer vu que je n’ai pas de poste stable. Heureusement, mon copain est patron de sa propre boite et justifie d’un CDI, ce qui lui permet d’avoir plus de facilité à trouver un logement, mais là encore, difficile pour moi d’emménager avec lui si je n’ai pas un minimum de revenu par mois (je ne veux pas qu’il paie à ma place). Cette situation précaire ne permet pas non plus d’organiser comme on veut ses congés ou autre (pour ma part, j’ai une bonne relation avec mes chefs depuis le temps, ce qui me permet à peu près de m’organiser comme je veux).

 Quand personne ne veut me louer son appart parce que je n’ai pas de situation stable

Voilà, en ce moment je suis un peu bloquée, j’aime bien le boulot que j’effectue et je suis bien intégrée à mon équipe, mais j’attends toujours ce CDI qui n’arrive pas, et je vous passe les détails de l’intérim (j’en ai encore fait les frais ce matin, ce qui m’a poussé à rédiger cet article). Plus question pour moi de changer de voie, d’une part parce que les métiers du web sont désormais aussi saturés que d’autres secteurs, et puis parce que je ne veux plus me prendre la tête et stresser comme j’ai pu l’être en travaillant en agence de voyage. Alors qu’est-ce que je fais ? Est ce que je suis condamnée à rester dans la précarité toute ma vie ? Est-ce que les grands hommes qui se battent pour être les rois du monde  changeront-ils les choses pour les personnes dans mon cas ?

3 thoughts on “Lettre à France..(enfin surtout aux recruteurs et autres acteurs de l’emploi!)

  1. Haha oui en effet, ton article et le mien se font écho !
    J’ai la chance de chercher dans un milieu qui paie bien alors c’est vrai que les CDD ou intérim ne me font pas peur. Disons que je préférerais un CDI mais je sais que c’est très rare pour les juniors donc je vise quelque chose de 6 mois au moins et je sais que ça me permet de mettre de côté et de parfaire mon CV. La semaine dernière, j’ai eu un entretien pour une période de 6 mois mais avec possibilité d’évolution en CDI et dans une boîte qui dans tous les cas fera son effet sur mon CV. Alors si je suis prise, même en CDD/intérim, je foncerai parce que c’est le job que je veux faire, puis qu’il y a un espoir au bout de ces 6 mois. Contrairement à toi, ça ne fait que 3 mois que je cherche et il semble que j’ai plus de « chance » avec mes diplômes que les tiens… Ça me tue ce que je lis concernant le tien : les gens qui disent que l’on n’est pas qualifié quand on a fait des études pour exactement le job auquel on postule raaaah… Ce monde ne tourne parfois pas rond !
    En tout cas je te souhaite bon courage et surtout, ne perds pas espoir 🙂

  2. Hellow la belle !
    Je ne sais pas où tu en es dans ton travail mais je conçois que la situation n’est pas agréable. Aujourd’hui, c’est vrai que sans Master 2, pas toujours évident de trouver quelque chose. De mon côté, j’ai réussi à rentrer dans le digital il y a deux ans, malgré des études de LEA qui n’avaient rien à voir. Les recruteurs m’en parlent mais j’arrive toujours à argumenter et au final, ils reconnaissent la pratique dans le web plutôt que mes études. J’avoue, j’ai eu beaucoup de chances et je pense encore qu’obtenir un travail dans le web n’est qu’une question de chance, motivation et personnalité.
    Si jamais le digital t’intéresse toujours, regarde peut-être les formations d’Open Class Room, reconnues par l’Etat. Tu t’auto-formes et ça peut toujours aider ensuite dans les entretiens pour justifier d’une connaissance poussée.
    En tout cas, bon courage et bonne continuation. Ne perds pas espoir, il suffit juste de tomber sur LA bonne entreprise (ça peut prendre du temps, certes, mais je suis certaine que ça arrive à tous).
    Bonne journée.

    1. Merci pour ton retour et tes conseils concernant les formations. Pour le moment je bosse jusqu’en septembre, mais une fois mes missions terminées, je me pencherai plus sur le sujet. Je pense que, comme toi, tout est une question de chance et aussi d’avoir un bon carnet d’adresses, ça peut aider. Si jamais je re postule pour des postes comme Community Manager ou autre, j’aurai de quoi m’appuyer avec mon blog et mes réseaux sociaux afin de leur montrer ce que je vaux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*